Blanquer veut libérer des AM pour le sport

Je n'ai pas pu m'empêcher de réagir aux dernières déclarations du ministre Blanquer. 

Voici mon analyse : 

Rire ou pleurer ? 


En juin 2017, Jean-Michel Blanquer ouvre grande la porte au retour à la semaine de 4 jours. 
De nombreuses communes se sont précipitées sur cette possibilité, sans se préoccuper des conséquences que cela aura sur nombre d’enfants, du point de vue de leurs apprentissages.
8 février 2019, une nouvelle idée germe dans l’esprit du ministre et là on croit rêver ! 
Jean-Michel Blanquer et Roxana Maracineanu déclarent : «Les après-midi des élèves pourraient être libérés pour la pratique sportive»


Que lit-on dans les interviews données à ce propos : 
Roxana Maracineanu 
« Personnellement, j’ai connu des difficultés à mener de front mon double projet, sport et études. C’est la première dimension qui m’intéresse aujourd’hui en vue des JO. Les sportifs qui vont participer aux Jeux en 2024 à Paris, doivent pouvoir se dire que tout ce qu’ils mettent en œuvre pour y arriver sera reconnu. Que leur parcours sera valorisé quand ils passeront un entretien d’embauche. Ainsi, qu’ils deviennent des champions ou pas, leur savoir sera pris en considération par le monde professionnel.
Ce dont nous avons envie au ministère des Sports, et je crois que Jean-Michel Blanquer est d’accord avec cela, c’est que l’on puisse reconnaître un parcours sportif qui va de la maternelle à l’après bac. »


Jean-Michel Blanquer
« Le parcours de l’élève va valoriser tous les engagements sportifs de l’enfant, à l’école et en dehors. Je défends une vision complète du temps de l’enfant, non cloisonnée entre les ministères. C’est dans cet esprit que le Plan mercredi a été lancé à la rentrée 2018
Ce parcours pourrait démarrer dès la maternelle et appeler, à titre expérimental, des aménagements dans le temps scolaire de l’élève. Je pense par exemple aux après-midi qui pourraient être libérés pour la pratique sportive.
Nous travaillons effectivement avec le ministère des Sports sur des aménagements du temps scolaire afin de laisser une place plus importante au sport. Ce projet, « confiance et sport », s’adressera aux écoles et aux collèges qui souhaitent l’expérimenter. Je vais en discuter prochainement avec le ministre de la Culture pour voir comment nous pourrions intégrer la dimension culturelle à ce projet. »


Ce qui m’inquiète est que le grand risque est que ces temps d’EPS sortent de l’école, car la comparaison avec les mercredi éducatifs, hors temps scolaire, conforte cette crainte. Ce qui serait une grave erreur, car ces disciplines sont celles qui permettent des alternances pédagogiques propices au maintien des capacités attentionnelles et elles sont aussi celles qui peuvent renforcer la confiance en soi de certains élèves, pas forcément les meilleurs dans les matières toujours considérées comme fondamentales mais tellement habiles en sport ou excellents musiciens.


L’interview se poursuit : 
A quelle fréquence ? Un après-midi par semaine, par exemple
JMB : Non, ce serait plus que cela. L’appel à projets est en train d’être travaillé avec les deux ministères. Toutes les formules sont envisageables dès lors que la priorité à l’apprentissage des savoirs fondamentaux à l’école primaire est respectée.
Une expérimentation lancée dès la rentrée prochaine?
Le gouvernement souhaite mettre en place dès la rentrée prochaine cette expérimentation. Les élèves iraient le matin en cours et l’après-midi serait réservé à la pratique sportive. L’expérimentation concernerait, a minima, les collèges. Elle sera lancée à une échelle importante, sur la base du volontariat des établissements. L’appel à candidatures sera lancé prochainement.


Le pire est que je pense que Jean-Michel Blanquer se persuade vraiment innover dans cette « expérimentation », alors que dès 1995 est lancée une expérience en France à la demande de Jacques Chirac qui avait promis lors de sa campagne présidentielle, qu’il réformerait les rythmes scolaires. Cette expérience s’appuyait sur une circulaire parue le 31 octobre 1995 qui imposait que le temps scolaire soit étalé sur « au moins 5 jours ». Grâce à cette circulaire, nous avions pu mettre en place un projet éducatif dans un quartier ZEP de Lille, projet sur 6 matinées de 4h de classe, 2h le mardi après-midi puisqu’il y avait alors 26 h hebdomadaires obligatoires, les 3 autres après-midi étaient consacrées à des parcours de découverte construits par les Francas qui, entre autres, ont permis à tous ces enfants de découvrir le kayak et le tir à l’arc. 
Dès 1996 près de 800 établissements expérimentent le système de la journée en deux temps : enseignements scolaires le matin, sports et activités culturelles l'après-midi. L'idée d'aménager les rythmes scolaires est mise en pratique par Guy Drut, ministre de la Jeunesse et des Sports d’alors mais qui avait fait co-signer la circulaire par le MEN (François Bayrou) et la Culture (Philippe Douste Blazy). Les objectifs recherchés à travers ces nouveaux rythmes ne sont pas prioritairement l'amélioration des résultats scolaires. En fait, il s'agit surtout de respecter le rythme biologique de l'enfant, qui présente une meilleure attention le matin et l'objectif est de favoriser parallèlement l'épanouissement par la culture et le sport, l'éveil de la curiosité et le développement des facultés d'adaptation.


Innovant M. Blanquer ? 
Sans compter avec l’expérimentation lancée par Luc Chatel en 2011, avec JMB comme DGEco, pour les lycéens, mais mal conduite : ils mangeaient à 11H, au moment le meilleur pour la concentration, reprenaient des cours ensuite, au moment du creux méridien, puis avaient l’après-midi pour le sport !
Et ce qui me met plus en colère encore est de me rappeler que dès janvier 2013, j’avais interpelé Vincent Peillon via une lettre ouverte, afin qu’il ne mette pas en place sa réforme tel qu’il l’a fait, et dont on connaît aujourd’hui la destinée ! 


Pour rappel la lettre d’alors : 

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2013/01/03012013Article634927851651035722.aspx?fbclid=IwAR1HX8q9F6IAvB9HSRTIqUUuf7xvQ21lEBT6j7O9SgRYrve3mGCMsYc1qyU

 

Par ailleurs j'ai été interviewée par le Parisien : 

http://www.leparisien.fr/societe/rythmes-scolaires-blanquer-veut-liberer-des-apres-midi-pour-faire-du-sport-08-02-2019-8007486.php

 

Bonne lecture et bonne prise de conscience de ce que l'école publique est en danger, ainsi que l'éducation nationale.