Des parents s'expriment !

Sans que je ne le leur ai demandé, les parents de l'école maternelle De Comines, en ARVEJ depuis 17 ans, ont tenu à s'exprimer pour sauver cette organisation qui fait ses preuves depuis si longtemps. 

Lors de ma rencontre avec Jean-Paul Delahaye, dans l'émission Rue des Écoles, à la question que lui avait posée Louise Tourret, il avait répondu :"mais on ne va pas y toucher à vos projets, Madame Leconte". Pourtant le décret Peillon les met hors la loi. Que va-t-il répondre à ces parents ??

Les parents d'éléves

École Philippe de Comines

Rue Victor Duruy

59 000 Lille

Martine AUBRY

Maire de Lille

Place Augustin Laurent

59000 Lille

Lille le 14 novembre 2013

Objet : Demande de maintien du dispositif ARVEJ (Aménagement des rythmes de la vie de l'enfant et du jeune) du groupe scolaire Victor Duruy

Madame le Maire,

Vos collaborateurs nous ont annoncé, lors du Comité de pilotage ARVEJ du 5 novembre 2013, que l'organisation scolaire particulière dont bénéficie l'école maternelle Philippe de Comines de Lille depuis 1996 est remise en cause à la rentrée 2014-2015.

En qualité de parents d'élèves, nous sommes convaincus des bienfaits de ce dispositif pour nos enfants et notre quartier. Vous trouverez ci-joint une lettre ouverte détaillant notre point de vue signée des parents d'élèves, ainsi que des témoignages individuels de parents.

Bien que nous soyons conscients des contraintes budgétaires liées à la poursuite d'une telle expérience, nous ne pouvons comprendre qu'un projet, dont tout le monde s'accorde à dire qu'il est exemplaire, soit stoppé pour cette seule raison.

Vous avez largement contribué à la réussite de ce projet atypique, et pouvez être fière d'avoir cet exemple "d'école idéale" dans un quartier populaire de Lille. Ainsi, nous espérons vivement que vous ferez une demande de renouvellement du droit à l'expérimentation au titre de l'article L 401-1 du code de l'éducation qui permet encore un fonctionnement exceptionnel dans certaines écoles. Les Villes de Lomme et Angers l'ont par exemple obtenu en 2013.

Cette demande devant être formulée au plus tard début décembre, nous sollicitons une audition avec vous très prochainement afin d'échanger sur l'avenir de nos enfants dans cette école et leur épanouissement dans le quartier de Moulins.

Nous vous prions d'agréer, Madame le Maire, nos sincères salutations.

Les représentants de parents d’élèves

Pièces jointes :

Lettre ouverte signée des parents

Témoignages individuels des parents

Liste et coordonnées des représentants des parents d’élèves

Copie

Madame Luciani Inspectrice Départementale de l'Education Nationale

Monsieur Vion, Directeur général adjoint chargé des affaires sociales et de l'éducation à la Ville de Lille, Madame Magne Florence Directrice générale adjointe Déléguée à l'éducation, 

Monsieur Christian Wassenberg, Directeur académique des services de l’Éducation Nationale

Monsieur Malle, délégué au Ministre de l'Education Nationale

Madame le Maire,

L'école maternelle Philippe de Comines jouit d'une réputation exceptionnelle auprès des parents d'élèves dans la métropole lilloise. C'est d'ailleurs ce qui pousse des parents n'habitant pas le quartier de Moulins à y scolariser leurs enfants. C'est aussi ce qui permet dans ce quartier plutôt défavorisé de créer une mixité sociale enrichissante pour tous. Ces échos positifs font état d'un grand nombre d'activités culturelles et éducatives proposées aux enfants, d'un véritable projet d'école qui anime des enseignants particulièrement dynamiques et d'une organisation scolaire adaptée aux rythmes des enfants.

Nous pouvons témoigner que nos enfants gagnent en effet beaucoup à fréquenter cette école et à bénéficier du projet A.R.V.E.J.

Ils découvrent grâce aux animateurs de l'A.R.V.E.J. la circomotricité, les sports de glisse, les danses folkloriques, l'informatique, le Land Art, le langage des signes, les expérimentations scientifiques, les ateliers de cuisine, le théâtre d'ombres ainsi que les plaisirs de la lecture et de la musique. Ils sortent aussi de leur univers citadin et apprennent à observer la faune et la flore à la forêt de Phalempin. Nos enfants fréquentent les espaces culturels, associatifs et de loisirs du quartier tels que la Maison Folie de Moulins, Filofil ou encore le Cirque du Bout du Monde. A cette ouverture culturelle, que beaucoup de parents ne peuvent prendre en charge, s'ajoute l'aspect humain : les animateurs de l'A.R.V.E.J. sont des professionnels inventifs qui ont de grandes qualités relationnelles avec les enfants. Nos enfants développent à leur contact un esprit citoyen et de rencontre, un appétit pour les découvertes et une capacité d'adaptation, habitués qu'ils sont à changer d'interlocuteur deux après-midi par semaine, ainsi qu'une confiance réelle dans les adultes, tous bienveillants envers eux. Tout ceci concourt à ce que nos enfants aiment aller à l'école et s'y sentent bien car c'est un lieu où il fait bon vivre.

Les parents que nous sommes se sentent aussi accueillis et écoutés dans cette école puisque le matin un temps de dialogue est permis avec les enseignants. La salle de classe est un lieu d'échange et de convivialité où nous pouvons participer à certaines activités scolaires de nos enfants : reconnaître son prénom, lire des histoires... Cette proximité permet à certains parents méfiants à l'égard de l'école et des institutions républicaines de se les réapproprier. D'autre part, nous sommes sollicités régulièrement pour participer aux activités de l'après-midi ainsi qu'aux journées portes ouvertes organisées par les animateurs de l'A.R.V.E.J. le samedi matin. On découvre alors les pratiques de nos enfant lors des ateliers.

L'organisation scolaire en cinq longues matinées de quatre heures est selon nous un point fort dans cette école car nous savons que nos enfants sont bien plus attentifs et disponibles pour les apprentissages fondamentaux à ce moment-là. De plus, des pauses sont aménagées avec une collation et une récréation qui « coupent » la matinée et les enseignants alternent les différents apprentissages comme le Français, les Mathématiques, le Sport ou les Arts Plastiques en créant du lien entre elles. Il nous semble que c'est aussi cela qui évite la lassitude chez nos enfants. Nos enfants sont d'ailleurs d'autant plus concentrés le matin qu' ils savent que leur après-midi sera allégée ou plus ludique. Les deux heures d'ateliers sont assez longues pour qu'ils puissent profiter pleinement des activités de découverte. Nous constatons par ailleurs unanimement que nos enfants ne sont pas fatigués par leur journée d'école qui est adaptée à leur rythme.

Enfin ce projet d'école crée un lien fort entre les enseignants qui ont la conviction qu'il est bénéfique aux enfants, il les soude et les motive pour organiser toujours plus de sorties et de projets éducatifs : exposition des œuvres des enfants à la Maison Folie, sorties régulières à la Bibliothèque, au Cinéma et dans les différentes expositions lilloises, Classes vertes, sorties à la découverte du Moyen-âge etc... Par ailleurs, leur souci est constant de relier les ateliers de l'A.R.V.E.J. aux apprentissages de l'école maternelle et de privilégier la qualité et la concertation. 

Or tout cela est remis en cause à la rentrée prochaine puisque nous devrons revenir à un rythme de 3 heures de classe le matin et 3 heures l'après-midi, que les élèves ne bénéficieront plus que d'une heure trente d'activités au lieu de deux après-midi aujourd'hui, ce qui ne permettra pas d'organiser des sorties en dehors de l'école et appauvrira les projets éducatifs et culturels. Certes il s'agira de cinq matinées de classe mais trop raccourcies pour permettre un véritable bénéfice.

Nous nous interrogeons sur l'intérêt d'un tel retour en arrière alors que cette école est citée en exemple par des experts scientifiques, que les enseignants notent chez nos enfants plus d'attention, d'autonomie et de curiosité qu'auparavant. En plein débat sur la modification des rythmes scolaires, nous voulons que notre expérience serve la cause de l'école de quatre jours et demi, étant certains qu'elle favorise la réussite des élèves, leur épanouissement et leur insertion dans le groupe. Pourquoi alors priver des enfants pour certains défavorisés d'une telle ouverture culturelle et de compétences supplémentaires ? Pourquoi risquer de démotiver une équipe enseignante exemplaire ? Pourquoi défaire ces liens entre l'école et le quartier ? Pourquoi risquer que les familles les plus aisées se détournent de l'école (beaucoup de parents l'ont déjà évoqué) ?

Enfin, dans une ville qui se veut le être le fer de lance national de l'accès à la culture pour tous et de la mixité sociale réussie dans les quartiers, on ne peut renoncer au projet A.R.V.E.J.

Pour conclure nous déplorons fortement le retrait du projet A.R.V.E.J. car pour nous c'est l'école « idéale » dans laquelle nos enfants s'épanouissent pleinement qui risque de disparaître.

Les parents d'élèves de l'école maternelle Philippe de Comines de Lille.