Billets de claireleconte

Nouveau retour d'une commune satisfaite

Voic le message reçu d’un adjoint au maire d’une commune du Tarn qui fait partie de celles que j’ai accompagnées dans ce département. 


" Bonjour Claire,
Je viens enfin vous donner quelques nouvelles de notre école de S.

Les résultats des changements mis en place en suivant les principes de la chronobiologie sont excellents. Les enfants sont satistaits et aucun parent ne remet en cause la nouvelle organisation. Je ne sais pas si vous avez eu des nouvelles des enseignantes mais en tous cas, elles sont ravies de l'organisation, à tous points de vue.

Côté administratif les nouvelles DASEN et IEN ont apparemment décidé d'ignorer totalement notre particularité... Du coup les enseignantes ont décidé de ne pas attirer l'attention.
Un écho via les techniciens de l'agglo me fait dire que c'est sans doute une bonne stratégie : l'IEN dont on avait attiré l'attention sur le regroupement des NAPs le jeudi aurait dit "Je ne comprends pas, en le faisant le même jour vous ne pouvez pas rentabiliser les animateurs...". Symptomatique !

Pour autant, l'organisation infuse doucement dans la partie rurale du territoire. Je pense que chacun se garde de remettre le sujet sur la table en période électorale, mais j'ai bon espoir que ça se débloque par la suite. Côté agglo j'ai plaidé pour un status quo, les enseignants ne sont pas très réceptifs par les temps qui courent (et on les comprendra...) et le risque de voir un candidat à la mairie faire preuve de démagogie en poussant le retour à la semaine de 4 jours est réel et viendrait nous bloquer par la suite.

J'espère que de votre côté les nouvelles sont bonnes, la santé notamment, et que vous vous ménagez un peu ! Cela me ferait plaisir d'avoir de vos nouvelles quand vous aurez un moment.

En attendant, merci encore pour votre accompagnement, nous en retirons les bienfaits au quotidien et je suis convaincu que nos enfants n'ont pas fini d'en bénéficier.


Amicalement, V.

 

Il est évidemment fort agréable de savoir que tout ce travail d'accompagnements que j'ai mené tout au long de ces années, produit des effets très positifs pour tous les enfants. 

Preuve supplémentaire que la réforme aurait pu réussir, et répondre aux ambitions de base.

Un projet éducatif au bénéfice de tous les enfants

J'ai accompagné la commune de Mulsanne, dans la Sarthe, à sa demande, alors qu'elle constatait que l'organisation de la semaine mise en place posait beaucoup de problèmes. 

Cet accompagnement s'est fait de 2016 à 2017. En 2017, peu après les élections présidentielles, de nombreux enseignants et parents ont demandé au maire de demander la dérogation pour une semaine de 4 jours. Lors du comité de pilotage de juin 2017, ce maire, raisonnablement, a demandé aux membres du comité d'accepter d'essayer la nouvelle organisation choisie, pour un an, sachant qu'il acceptait un an plus tard de reprendre la discussion. Tout le monde accepta. 

En août 2019, le responsable du projet éducatif m'a téléphoné pour me donner des nouvelles. Très heureux il m'annonça qu'à l'unanimité les conseils d'école ont voté le maintien de l'organisation mise en place en 2017. 

De plus les enseignants ont déclaré avoir maintenant la possibilité de réellement travailler ensemble et de pouvoir construire ensemble des projets pédagogiques. Par ailleurs, les animateurs se sont intéressés à construire des parcours éducatifs permettant à tous les enfants de faire de belles découvertes y compris sur eux-mêmes, à savoir des compétences nouvelles. 

Ci-dessous l'organisation choisie et l'aménagement des différents temps de l'enfant. 

2 mulsanne tap sept 20182-mulsanne-tap-sept-2018.pdf (6.65 Mo)

3 mulsanne anne e 2018 2019 skm c308190802210703-mulsanne-anne-e-2018-2019-skm-c30819080221070.pdf (1.44 Mo)

 

Ce qui a été fait à Mulsanne est possible à faire dans toutes les communes

3ème Congrès « Innovation dans l’éducation ».

La chargée de communication de Néo-bien-être m'a demandé si j'acceptais de publier un article présentant le 3ème congrès de l'innovation en éducation. Au vu des intervenants invités pour participer à ce congrès, je n'avais pas de raison de refuser. Ci-dessous la présentation de ce congrès et les informations s'y référant. Il s'adresse à tout adulte ayant en charge l'éducation, au sens large, des enfants. 

 

"Dans une époque de mutation rapide de nos sociétés, l’éducation de nos enfants doit plus que jamais faire l’objet d’une réflexion approfondie pour s’adapter et accompagner ces changements avec sensibilité et pertinence, au service d’un plus grand épanouissement individuel et collectif. La nouvelle génération a des besoins inédits, différents des précédentes en termes d’apprentissage et d’expression de soi et se placer à son écoute pour avancer vers des solutions d’éducation innovantes est un sujet d’actualité.

Aujourd’hui, savoir-être, bienveillance, éducation positive, communication non-violente, liberté, activités culturelles et artistiques, lien avec la nature, prise en compte des rythmes et besoins de l’enfant voient l’attention des parents et des professionnels de l’enfance croître ; cela sert la capacité des enfants à exprimer leurs particularités et promet l’enrichissement humain nécessaire au monde de demain.

Le congrès « Innovation dans l’éducation » s’inscrit précisément dans ce but : à destination des parents, enseignants, éducateurs, psychologues, et toute personne concernée par l’accueil de l’enfant, il est un temps privilégié de rencontres et d’échanges de qualité en une dynamique ouverte et évolutive. Sur deux jours, ce sont douze conférenciers, penseurs, philosophes, écrivains et professionnels, qui partagent leur expérience, leurs connaissances et leur vision autour du bien-être de l’enfant et des alternatives nouvelles d’éducation qu’il requiert.

Ce congrès a lieu les 29 février et 1er mars 2020 à Montpellier. 
Cette opportunité s’offre à vous qu’il serait dommage de manquer 

http://www.innovation-en-education.fr/billetterie/

Si vous ne pouvez faire le déplacement, vous trouverez  les vidéos des conférences 2018 et 2019 : 

http://www.innovation-en-education.fr/conferences-en-videos/ 

Bonne lecture"

Pour une école du bien-être de l'enfant

Depuis longtemps je dis que si on avait accepté d'écouter mes propositions, pour mettre en place la réforme dite des Rythmes scolaires, nous aurions vraiment pu participer, comme c'en était l'ambition, à la refondation de l'école. 

Malheureusement les ministres du quinquennat précédent ont persisté dans leurs erreurs, n'ont rien voulu entendre de ce qu'il fallait changer, on connait ce qu'il est advenu de cette réforme, totalement gâchée. 

Pourtant j'ai continué d'accompagner les communes qui me le demandaient, en particulier celles qui voulaient résister à la vague déferlante d'un retour à la semaine de 4 jours, la moins profitable aux enfants les plus fragiles. 

Or les communes qui ont accepté de me faire confiance et de suivre mes propositions et préconisations, sont elles, restées à 4,5 jours, sans envie de retour à 4 jours comme me l'écrivait hier un adjoint au maire d'une commune de Savoie que j'ai accompagnée. 

Et aujourd'hui m'a été envoyé un article de presse, que j'ai envie de partager, qui prouve à quel point on pouvait faire bouger l'école pour qu'elle réponde aux besoins des enfants, leur donne un bien-être quotidien tout en améliorant la vie professionnelle des enseignants. C'est une école devenue expérimentale, de Marmande, commune que j'ai également accompagnée, et voici ce qu'il en est. 

Mon seul regret dans tout cela, malgré mon investissement très important depuis maintenant plus de 9 ans, est que tous les enfants de France n'aient pas eu la chance de profiter d'une telle école, pourtant possible à mettre en place partout, en ville comme en rural. 

Je regrette tellement que le ministre actuel s'est empressé de donner la main aux maires, pour faire le choix de la semaine scolaire, en désengageant la responsabilité de l'état sur ce point important de l'éducation, plutôt que de proposer de revoir les copies, qui, je le reconnais, pour l'avoir constaté partout où je suis passée, n'étaient pas celles d'une organisation au bénéfice des enfants. 

Voici donc ce qu'il en est de cette école, premier projet soutenu par l'Éducation nationale de l'académie de Bordeaux. 

Diffusez si vous le pouvez, cela donnera peut-être envie à d'autres de s'y mettre et d'en faire bénéficier leurs élèves.

Expe marmande

Lettre d'un militant Freinet à JM Blanquer

Lettre à Jean-Michel B., un ami qui nous veut du bien

Cher Jean-Michel,

Tu ne t’offusqueras pas du tutoiement, j’en suis sûr, tu es un homme moderne, branché, proche des gens, Jean-Michel.

Et puis, nous partageons tellement de choses tous les deux ! D’ailleurs, tu m’écris de plus en plus souvent. Je sens bien que quelque chose passe entre nous deux.

Jean-Michel, je suis tellement fier de toi ! Tu es, sans aucun doute, le meilleur ministre dans ton domaine depuis Joseph-François de Payan en 1794.

Jean-Michel, comme tu les as tous endormis à ton arrivée rue de Grenelle ! Tu te souviens ? Après ton nom, on pouvait lire « issu de la société civile ». Quelle crise de rire, cette bande de nazes avait oublié ton passage de numéro 2 chez Darcos, les dizaines de milliers de suppressions de postes et le détricotage du RASED qui allaient avec... Tu n’as pourtant pas changé de coupe de cheveux !

Et lorsque tu avais promis que tu ne ferais pas de grande Loi sur l’éducation, tu te rappelles ? Oh la poilade ! Tout le monde t’adorait à l’époque, c’est simple tu avais les mêmes sondages de popularité que Poutine !

Et quand tu leur as expliqué à tous ces profs qui « ne comprennent rien » que ça y était, grâce à des tests réalisés en laboratoire, tu savais comment enseigner scien-ti-fi-que-ment ! Oh les ringards de pédagogols, le Philippe Meirieu et toute sa clique qui hurlait « prolétarisation des enseignants », « négation des savoirs professionnels » « perte des valeurs de l’école », « riposte » et autres inepties...

Bon, OK, il faut bien l’admettre, et ton héraut Stanislas Dehaene lui-même l’a fait dans un de ses bouquins, en vrai, avec de vrais enfants, dans de vraies classes, il n’y a pas de méthode miracle qui fonctionne à coup sûr... mais ça, on s’en moque, non ? Tant que toi tu l’annonces à la télévision, c’est que c’est vrai non ?

Oh, Jean-Michel, comme tu m’as régalé avec tes évaluations nationales ! Tu imposes aux profs de CP/CE1 des tests mal faits dont tout le monde se plaint et qu’une grande partie des profs boycotte, les ingrats. Tu leur annonces en plus, à ces incapables, qu’ils ne les corrigeront même pas... et l’année d’après, paf ! tu leur recolles la même évaluation en enlevant les exercices qui avaient été les moins réussis, et là, tu en profites pour annoncer que ta méthode miracle fonctionne ! Tu es un génie Jean-Michel, un aigle, un cador, une épée ! Tu es le Zidane de la com’ !

Et sur les salaires de ces nantis de profs ! Brillant, tu as été brillant ! C’est simple, j’en ai encore des frissons !

Quand tu leur as fait ton petit regard mouillé pour leur expliquer que, oui, c’est vrai, ils sont sous-payés par rapport à leur qualification et leur travail... Que, oui, c’est vrai, ils ont plus d’élèves et font plus d’heures que leurs autres collègues européens pourtant bien mieux payés...

Je te jure Jean-Michel, c’était beau, c’était touchant, c’était du Zola ! Et quand ensuite tu leur expliques qu’ils devraient être mieux payés... mais à condition de bosser plus, c’était grand, c’était sublime ! Tu as raté une carrière de VRP, tu aurais convaincu une vache de t’acheter du lait ! Tu as tellement de bagout Jean-Michel !

Et sur les retraites ! Oh, ton interview-vérité, le poids des mots, le choc des clichés ! mais que c’était beau !

Non, mais c’est vrai quoi à la fin, tu les entends les profs ? Ils sont là :

« - on nous demande de travailler dix ans de plus que les anciens instits et on veut nous supprimer 600 à 900 € de pension de retraite par mois »

Et gnagnagna... oh les mesquins, les petits, les ingrats !

Ils n’ont vraiment rien compris ! Tu as eu raison de le leur dire Jean-Michel ! Et puis, ça plait aux gens ça, quand on se moque des profs, quand on les rabaisse, quand on les humilie.

Non, mais ils t’ont pris pour qui tous ces gauchiasses d’enseignants ? Pour Jules Ferry ? À les protéger, les respecter, les chouchouter ? Cet idéaliste de Ferry qui leur offrait salaire, logement, reconnaissance... qui en faisait les piliers de la République, des hussards noirs, des personnages importants... Mais quel ringard celui-là !

Toi Jean-Michel, t’es un moderne, un disruptif comme dit Manu. Tu casses les codes (enfin, surtout celui de l’éducation...)

Les profs, les parents, les élèves... un tas d’ignorants, d’incultes, de gagne-petit, de rebelles... D’ailleurs tout ça c’est un peu pareil pour toi.

Mais heureusement, toi, tu sais ! Tu sais comment chacun doit penser, agir, ressentir. Il n’y a que les esprits chagrins, les has-been, qui ne te suivent pas. Ces traine-savates n’ont rien compris à ton école : « l’école de la confiance »... en toi !

Jean-Michel, j’ai été très touché par ta petite lettre du 4 décembre. Ça m’a fait très plaisir que tu nous parles de nos retraites... même si elle nous parait tellement loin ! C’est vrai, nous allons tous partir dix ans plus tard que nos maitres d’école de quand on était petits, mais c’est pas grave ça, parce que les enfants de maintenant, ils sont beaucoup plus sages que ceux des années 80... Non ? Ah bon...

Enfin bref, ta petite lettre, rien que pour nous, nous a fait très plaisir. Quand tu nous dis que notre niveau de pension ne bougera pas avec la nouvelle réforme, bien sûr qu’on te croit ! Tu n’es pas le genre d’homme à dire un truc et à faire le contraire...

Enfin...

Sauf quand tu as dit que tu ne ferais pas de loi sur l’éducation et que tu en as fait une...

Sauf quand tu as dit que la réforme du lycée était prête et que ce n’est pas le cas...

Sauf quand tu avais dit que tu ferais l’école de la confiance et que tu as fait rédiger l’article 1 pour museler les profs...

Sauf quand tu avais dit que le budget de l’Education Nationale était en hausse, alors que ce n’était qu’un trompe-l’œil...

Sauf quand tu avais dit que tu revaloriserais les profs, sans leur préciser que ce serait à la Saint-Glinglin...

Dis donc Jean-Michel, j’ai un doute... N’aurais-tu pas tellement dévalorisé la parole publique que plus personne n’arrive à te croire ?

Tu sais quoi Jean-Michel ? Ils ne te méritent pas en fait tous ces profs. Moi, si j’étais toi, je m’en irais !

 

Cédric Forcadel, militant pédagogique à l’ICEM-pédagogie Freinet, auteur de « Dessine-moi une école où il fait bon vivre »

 

la pause méridienne, un temps à respecter

On a toujours l'impression qu'à ce moment de la journée, les enfants doivent avant tout se défouler. 

Ce qui est une erreur, car ce moment, connu en chronobiologie pour être le "creux méridien", représente une baisse physiologique globale qui n'a rien à voir avec la digestion. Sauf que si le repas de midi est trop chargé caloriquement, et qu'il n'est pas accompagné que d'eau, ce n'est plus un creux que l'on connait, mais bien un fossé. 

Cette baisse physiologique dont je parlais lors d'une rencontre avec des familles dans un centre social, avait fait dire à une maman présente : "c'est pour ça que quand je fais ramadan, j'ai quand même un coup de pompe en début d'après-midi, même en n'ayant pas mangé" !

Ce temps méridien doit être particulièrement bien aménagé, pour que tous les enfants, quel que soit leur âge, en profite pleinement. Et ce n'est pas avec 85 dbs de bruit de fond dans la salle de restauration, ni en leur donnant immédiatement un ballon dès qu'ils sortent dans la cour de récréation qu'on va leur permettre d'être dans de bonnes conditions de récupération. 

J'ai beaucoup écrit à ce propos, est souvent été interviewée également, je joins ici une vidéo qui a été tournée lors d'une de mes conférences et qui aborde spécifiquement ce moment particulier de la journée.

https://www.dailymotion.com/video/xxnym4

Bonne vidéo et pensez au bien-être quotidien de nos enfants

Lettre d'une directrice d'école

TÉMOIGNAGE DE MADAME V., DIRECTRICE À L’ÉCOLE DE P. 


« Madame V.  a  assisté à la conférence de Claire Leconte en février dernier, sur les rythmes biologiques des enfants. 
Très sensible à son analyse, elle a poursuivi des recherches sur son travail via internet et a décidé de mettre en application ses préconisations. 
Les parents, à l’écoute de son projet, ont visionné les conférences de Claire Leconte sur Internet et ont été ouverts aux différents changements, notamment celui des horaires qui favorisaient les matinées longues et des parcours de découverte le jeudi après-midi.

Avec seulement 3 mois de recul, elle considère le changement « fabuleux ». 

L’instauration de ces parcours, le travail en collaboration avec les personnels de l’ALAE a permis de donner du sens à la relation école/ALAE,  a créé du lien. Madame V. considère que le bénéfice est « flagrant ».

Après interrogation des parents et accord avec la FEDERTEP, les enfants quittent l’école 1 h plus tôt qu’auparavant, soit à 15h45. 
Ces nouveaux horaires font suite au réaménagement de l’emploi du temps avec matinées plus longues, une récréation avant 10h, plus d’appétit pour le repas de midi. Les matières à haute mobilisation cognitive sont bien sûr dispensés le matin. 
D’autres aménagements ont été décidés, celui d’un temps de relaxation de 10 minutes, juste après le repas, suivi d’un temps de repos ou de jeux calmes. 
De petits investissements ont été réalisés tels que l’acquisition de jeux anciens, en bois, réduisant l’excitation des enfants. L’installation de claustras va quant à elle, permettre de créer des espaces plus intimes et moins bruyants, que ce soit dans la salle de restauration ou dans le préau. 
Avec l’apport de coussins et couvertures, l’utilisation du préau évolue. Les enfants se détendent, sans énervement, sans bousculade, mais il faudra bientôt aviser parce que l’espace n’est pas chauffé. 
La demande prioritaire de Madame V. est la venue de Claire Leconte dans son école, pour qu’elle échange avec les enfants et les parents très en demande. 
C’est une sorte de révolution qui se met en marche dont le bénéfice est indéniable pour les enfants mais aussi pour les enseignants, disposant de plus de temps pour travailler dans la semaine et profitant plus largement de leur week-end et de leur famille. ».

Que dire de plus, la refondation de l’école espérée des précédents ministres est là bien en marche, pourquoi toutes les écoles n’en ont-elles pas profité ? Ces collègues n’ont fait que me faire confiance et suivre toutes les préconisations que je n’ai cessé de diffuser. 
Aujourd’hui,  c’est à un gâchis auquel on assiste et c’est désolant. 

Les retours des autres collègues qui ont suivi mes préconisations sont identiques, mais il faut tout mettre en place, aménager tous les temps, pour s'assurer du mieux-être des enfants, et cela aussi pour les maternelles.