Réussir un PEdT de qualité

Le gouvernement a proposé de pérenniser le décret Hamon qui permet d'innover dans l'organisation de la semaine des enfants. 

Certes il a permis à des communes peu scrupuleuses de faire un PEdT à moindre coût, mais n'ayant aucune qualité, et ne respectant en rien les besoins des enfants. Le CSE s'est réuni vendredi 25 mars et a majoritairement voté contre. Mais quels sont les arguments pour être contre ? 

Parce que je m'interroge sur ce que voient, sur le terrain, les personnes qui s'opposent à la pérennisation du décret Hamon, j'ai eu besoin de démontrer que c'est l'un des réels leviers pour participer vraiment à la refondation de l'école, comme le voulait le président de la République quand il a lancé la réforme. La FCPE nationale a-t-elle vraiment été sur le terrain voir ce que donne l'application de la réforme avec des 1/4 d'h de garderies, à peine améliorées, des récréations à n'en plus finir pour bien exciter les enfants, des animateurs qui ne cessent de changer, des groupes à 25 enfants dès qu'il y a de l'absentéïsme, plusieurs groupes d'enfants tassés dans un même lieu, des parents qui en sont à payer la sieste de leur enfant, des enfants qui passent la moitié du temps de TAP en bus pour aller dans le lieu où ça se passe, des allongements de la journée pour les enfants qui participent aux activités, car on a doublé le temps de chacune d'elles dès qu'on s'est aperçu que sur 3/4 d'h, on ne peut rien faire d'intéressant ? Et la FCPE nationale s'est-elle inquiétée de ce que cela change au sein de la classe, pour les apprentissages des enfants, pas uniquement pour les compétences sportives et artistiques ? C'était bien l'objectif premier de la réforme, non ? Et comment développe-t-elle la co-éducation qu'elle revendique avec des parents qui récupèrent tous les soirs leurs enfants auprès de l'animateur ? Il serait bon que de vrais arguments soient donnés, pour justifier qu'on ne veuille pas laisser les communes ambitieuses mettre en place une organisation permettant de valoriser l'ensemble des temps de l'enfant. Car si certaines ont dévoyé le décret Hamon en s'empressant de basculer une après-midi (en 2014, carrément le vendredi) sur le mercredi matin, ce que j'avais dénoncé dès la publication du décret, - mais visiblement ce qu'ont accepté les Inspecteurs chargés de valider les emplois du temps !- il faut savoir que j'ai vu autant de dévoiements avec le décret Peillon. Inciter les enseignants à utiliser la 5ème matinée pour n'y faire que de l'EPS et l'heure d'APC, c'est justifié ? Èparpiller les 1/4 d'h dans la journée (commencer 1/4 d'h plus tard le matin, rajouter 1/4 dh à la pause méridienne, finir 1/4 d'h plus tôt le soir) c'est justifié ? Merci à la FCPE de me répondre.

J'ai donc décidé de demander au Café Pédagogique d'accepter de publier un billet que j'ai réalisé, à la fois pour donner des préconisations, mais aussi pour faire la preuve que ce décret peut permettre de mettre en place une organisation respectueuse des enfants et ouvrant la porte à la construction d'un PEdT de qualité. 

Ci-dessous le lien de ce billet : 

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2016/03/31032016Article635950067544413369.aspx

Rythmes scolaires : Claire Leconte : Des préconisations pour un PEDT réussi 

Utilisons intelligemment le décret Hamon. C'est ce que suggère Claire Leconte, une spécialiste reconnue des rythmes scolaires. Alors que le CSE a refusé récemment la pérennisation de ce décret, C Leconte y voit une opportunité pour la co-éducation que demandent ses détracteurs.
 

François Jarraud