Une pétition indigne d'un syndicat d'enseignants

Là où j'interviens pour des conférences invitées afin d'éclairer les adultes chargés de prendre des décisions concernant l'école des enfants, décisions qui vont avoir des effets loin d'être positifs pour l'ensemble des enfants, je suis actuellement précédée par une pétition qui circule, mais que je n'ai pas retrouvé sur le site du syndicat concerné. 

Ce syndicat oublie totalement que cette semaine de 4 jours a, en 2008, été généralisée en France pour permettre à l'état de gagner deux heures hebdomadaires pour la prise en charge des enfants en difficulté, réalisée par les enseignants de la classe, ce qui a permis au gouvernement de récupérer 8000 postes d'enseignants spécialisés et psychologues scolaires : jamais cette généralisation n'a été mise en place en vue de respecter les besoins des enfants, de permettre à chaque enfant de mieux réussir sa scolarité, ce que d'ailleurs avait confirmé à l'époque Lue Ferry. 

De plus alors que nous sommes déjà le pays le mieux équipé du point de vue des vacances scolaires (aucun autre n'a quatre fois deux semaines de vacances dans l'année, auxquelles s'ajoutent les jours fériés plus évidemment les grandes vacances), ce syndicat revendique de ne surtout pas toucher aux seules 36 semaines de classe, qui imposent dès lors des journées de classe très denses, très lourdes, qui n'existent non plus nulle part ailleurs et ne permettront jamais aux enfants en difficulté de tenir quotidiennement le choc de la contrainte attentionnelle pendant autant de temps. 

Mais qui, finalement, se soucie de ces enfants là ? Les parents, qui s'empressent de voter, pour leur confort personnel, le retour à 4 jours ? Les enseignants, qui y voient aussi le plus souvent, un confort personnel en ayant un déplacement par semaine en moins à faire, et une possibilité de bénéficier d'une soirée supplémentaire pour se détendre ? les élus, qui y voient un gain financier évident et des complexités de gestion éliminées ? Le ministre, qui a donné les pouvoirs aux communes de prendre LA décision, même si, par la suite, le DASEn doit donner son choix ? Mais je me permets aussi de le dire, parce que je l'ai vécu, l'éducation nationale, via sa hiérarchie, qui incite fortement les enseignants à faire le "bon choix" ?

Mais dans quelle société vit-on ? et dans quelle société prépare-t-on nos enfants à devenir des citoyens éclairés, désireux de vivre plus solidairement avec tous leurs concitoyens, et capables de développer un vivre ensemble digne de ce nom ?

Je suis totalement abasourdie par ce qu'on est en train de faire de notre école, publique, que l'on voudrait ouverte à tous, bienveillante et qui prépare des enfants curieux de tout, avides d'apprendre et désireux de participer à la construction d'une société où chacun est capable de réussir sa vie.

Voici cette pétition totalement contraire à ce souhait. 

Pe tition fo capture d e cran 2018 02 05 a 12 52 13 5