Les vacances, parlons-en !

Le ministère a déjà fait n’importe quoi pour organiser les nouvelles semaines scolaires, soit-disant pour suivre les recommandations des chronobiologistes, ce que j’avais rapidement contesté, avec raison, puisque je ne cesse de voir les dégâts que cela produit sur le terrain. C’est en pompier qu’on m’appelle aujourd’hui, pour tenter d’améliorer les choses !

Et là on récidive, en suivant les consignes de certains dits experts pour répartir les vacances sur l’année, en déclarant qu’il faut absolument respecter le 7/2, 7 semaines de classe pour 2 semaines de vacances.

Lors des ateliers de concertation j’avais bien fait remarquer qu’il n’y avait jamais eu aucune étude scientifique permettant d’attester que ce découpage est le plus pertinent.

Mais comme pour le reste, on a refusé de m’écouter. J’avais ajouté que ce découpage n’existe nulle part ailleurs, et que dans les autres pays, les enfants n’ont que des séquences de 8 jours de vacances réparties sur l’année, pas deux semaines systématiquement : cela n’existe nulle part, la France ne devrait-elle quand même pas s’interroger à ce propos ?

Pour ces vacances de Toussaint, on nous refait le coup ! Il fallait absolument deux semaines, un « expert » ayant osé dire que la première semaine sert à se déshabituer du rythme de l’école et la deuxième semaine les enfants peuvent chausser leurs chaussons de vacancier ! oups, quelle méconnaissance des rythmes biologiques des enfants pour oser affirmer cela ! Et peut-on donc me dire dans quelles chaussures sont les enfants quand ils recommencent le lundi (ou le jeudi, peu importe) qui suit cette semaine de vacancier ? Comme le 19 octobre les enfants avaient juste 8 semaines de classe depuis la rentrée, -quand on sait que les quinze premiers jours de septembre ne sont que de la remise en route -, il fallait absolument qu’on s’arrête, ils ne pouvaient plus aller en classe deux jours de plus !

Quand je dis que c’est de la méconnaissance, voilà ce qu’en disait un pédiatre réputé, qui s’était beaucoup préoccupé de la fatigue des écoliers :

Guy Vermeil, 1991,  "Les rythmes scolaires en question", article publié dans le JDI

"Il faut bien dire, à propos des vacances scolaires actuelles, qu'elles constituent un monument d'aberration. On est parti de l'observation des physiologistes que, pour être efficace, la durée d'une période de vacances doit être de deux semaines au moins lorsqu'il y a changement de lieu, de climat et de mode de vie, parce qu'il faut à l'organisme une huitaine de jours pour s'adapter à ces changements et que, par conséquent, seule la deuxième semaine a un effet réparateur. On en a tiré l'application suivante : essayer de faire alterner régulièrement sept semaines de travail et deux semaines de vacances.

Ce système est celui qui convient pour les travailleurs des plate-formes pétrolières ou les marins au long cours ou toute autre personne que son emploi obligé à passer plusieurs semaines consécutives sur le lieu de son travail, loin de sa famille. Ces circonstances imposent que les victimes d'une telle contrainte puissent la compenser par des vacances fréquentes.

Mais ceci ne concerne pas les enfants français qui, dans leur immense majorité, vivent dans leurs familles et y restent pendant les petites vacances. En ce qui concerne par exemple les vacances d'hiver qui donnent lieu aux plus fortes migrations, 6% seulement des écoliers français peuvent se rendre aux sports d'hiver. Pour la plupart des enfants, ces petites vacances se passent devant la télévision où à baguenauder dans les rues ou les centres commerciaux. Il faut que les mères de famille aient été bien mal représentées dans les instances responsables : si leur voix avait pu se faire entendre, nul doute que cette organisation n'aurait jamais été acceptée ".

J'ajoute à cela que j’ai réalisé une expérience, à la demande de la Commission Européenne, pour évaluer les effets du passage à l'heure d'été sur les performances des enfants. Je l'avais fait en comparant leurs performances dans la semaine qui avait suivi le week-end de changement d'heure, et celles de la semaine qui avait suivi leur retour des deux semaines de vacances de printemps qui avaient lieu un peu plus tard. Sachez que ce sont ces performances là qui ont été vraiment, nettement moins bonnes que les précédentes.

Voilà, cessons de raconter n'importe quoi au nom des chronobiologistes !

En revanche j’avais aussi demandé lors des ateliers de concertation, qu’on prenne le temps de diffuser les informations utiles et nécessaires, tant aux parents qu’à tous les acteurs concernés par la réforme, je passe sur les ricanements que cette demande avait provoqués.

C’est donc ce que j’ai fait partout en France, avec mon bâton de pèlerin, entre février 2013 et juin 2016 : plus de 560 interventions, des milliers et des milliers de personnes rencontrées, sidérées d’apprendre comment fonctionnent les rythmes biologiques, médecins et pédiatres y  compris. J’ai fait un site qui à l’heure actuelle a été exploré par près de 170000 visiteurs et a permis que nombre de personnes me contactent pour avoir  plus d’informations et des arguments scientifiques pour faire évoluer les choses chez eux.

J’ai aussi mené des travaux de terrain, dans les classes, avec rencontres directes avec les enfants. Quand devant leur enseignante j’ai pu leur faire dire, dans une classe de MS-GS en maternelle, que les 4/5ème des enfants ont la télé dans leur chambre, expliquent la regarder le soir avant de s’endormir et la regarder dès 6 h le matin pur avoir les dessins animés, les bras de la collègue en sont tombés !

Les écrans remplacent gratuitement les nounous et permettent aux parents de suivre la chaîne qu'ils veulent. C'est ce qu'on appelle éduquer !

Mais quand j'entends une enfant de 8 ans me dire qu'elle se couche tard le vendredi car elle regarde Koh Lanta ! Que je lui demande ce qu’elle en retire, si elle a appris quelque chose, évidemment la réponse est Non ! Très utile pour mieux réussir à l'école ! Comment peut-on imaginer que parce qu'ils auront deux semaines de vacances, ils iront mieux, quand on voit leurs heures de coucher et le temps passé devant la télé et les jeux vidéo ? Et qui ose promouvoir la sieste pour récupérer d’une grosse fatigue accumulée, à la place d’une « grasse matinée » au cours de laquelle les enfants (comme les adolescents) traînent plus au lit – selon leurs propres dires - que d’avoir un vrai sommeil récupérateur ?

Voilà pourquoi j’accepte de répondre aux demandes des médias qui veulent m’interviewer à ce propos, pour qu’on prenne conscience que tout le monde fait n’importe quoi avec les rythmes des enfants, le ministère en premier.

Deux productions récentes sont parues, sur l’Est Républicain le 11 octobre  et sur La Provence, le 17 octobre. Voir image jointe.  

http://www.estrepublicain.fr/education/2016/10/11/respecter-le-rythme-des-heures-de-coucher-et-de-lever-y-compris-pendant-les-week-ends-et-les-vacances

J'ajoute que je propose également qu'on rentre plus tard en janvier (car faire rentrer les enfants le 3 est aberrant !) et qu'on répartisse les deux semaines de Printemps entre les ponts des 1er et 8 mai et celui du jeudi de l'Ascension et du lundi de Pentecôte. La succession des ruptures sur ce long trimestre est une hérésie pour les rythmes des enfants : long week-end de Pâques, puis deux semaines de vacances, quand il fait clair tard, qu’il commence à faire beau et qu’on autorise les enfants à attendre que le soleil se couche pour aller eux-mêmes se coucher !!! Puis un long week-end avec le 1er mai, avec le 8 mai, avec l’Ascension pour finir avec Pentecôte. En avril mai les enfants ne cessent de vivre des ruptures de temps sur un trimestre très long par ailleurs !

Avec des parents raisonnables, répartir deux séquences de 8 à 10 jours au cours ce cette période, après le week-end de Pâques, permettrait de beaucoup moins fatiguer les enfants pour finir l’année. Peut-on me dire quel est le pourcentage de familles capables de partir quinze jours en vacances régulièrement dans l’année ?

Enfin prenons en compte que dans les autres pays, on travaille plus longtemps le matin et on allège très fort les AM, on en profite pour ouvrir les enfants à la culture, la science, les arts, à des sports qu’ils ne font pas naturellement, ceci en complément de ce qu’ils font en classe dans ces disciplines, justement le matin pour profiter de leur disponibilité aux apprentissages bien connue à ce moment de la journée. Et surtout l'école est beaucoup plus un lieu de vie qu'en France, on a donc plaisir à y être. J'ai beaucoup étudié cela dans mes recherches.

La chronobiologie est une science sérieuse, on ne peut la détourner pour la mettre au service de choix politiques très contestables.

Mais il serait urgent de diffuser largement les connaissances acquises par cette science, à tous les adultes mais aux enfants et adolescents eux-mêmes. Pourquoi vante-t-on sur tous les médias l’importance de manger 5 fruits et légumes chaque jour mais jamais « dormez bien et régulièrement chaque jour » ? Certes la vente ainsi faite de fruits et légumes fait marcher l’économie du pays, c’est plus difficile pour le « bien dormir », mais il faut savoir que c’est tout aussi important pour la Santé !

 

Vacances 7 2 copie 1